jeudi 28 février 2008

les vérités d'hier....ne sont pas celles d'aujourd'hui

En clair, il y a des mots que l'on jette parfois sur une feuille, ils sont la vérité du moment que l'on vit.

4.000 ans plus tard ces moments que vous pensiez vrais, vous les avez oubliés.

Ils ne correspondent plus et les choix que vous devez faire vous obligent à les sacrifier sur "l'hôtel" l'autel de l'amour.

Il y a 4.000 ans j'ai rencontré une personne, nous avons pris du temps à nous connaître, à nous renconnaître, à nous faire confiance, à nous respecter.

Une amitié est née doucement comme une fleur qui s'épanouit au doux soleil du printemps.

Nous pouvions parler de tout sans tabou, il m'a fait un très beau cadeau, il m'a offert ses mots :

N’oublie pas que je suis un fidèle, malgré les apparences… Je mets du temps à accorder ma confiance, mais ensuite, c’est quasi définitif. En général, quand j’aime quelqu’un, c’est pour la vie.

A l'époque je n'ai pas pris garde au quasi qui aujourd'hui a son importance.

La douleur ne viens pas de la trahison que je ressens, je sais qu'il a ses raisons et pas des moindres, on ne succombe pas aux succubes sans y laisser des plumes .

La douleur vient du mal qu'il s'inflige et qu'il inflige à ceux qu'ils l'aiment vraiment.

Je pense à sa solitude, je pense à tout ce qu'il s'oblige à abandonner, je pense à sa détresse.

Adieu l'ami je t'aimait bien, ma porte te reste ouverte, sans rancune.

mercredi 27 février 2008

Hier je me suis fais la peau

Comme on dit chez nous :

On est jamais mieux servie que par soit même

Voilà deux mois que je souffre des pieds, et nous savons tous combien il est important d'avoir deux pieds en bonnes états de fonctionnement.

Surtout quand vous passez la journée dessus à faire des milliers de petits pas.

Entre un œil de perdrix ( va savoir pourquoi ils ont donné un si joli nom à un truc aussi moche)d'un côté et un durillon sous la voute planterre de l'autre, que même pas je savais que l'on pouvait avoir ce genre de bidule à cette endroit.

On peut dire que j'ai été vernis, pas moyen de supporter une paire de chaussure, le seule bonheur de la journée rentrer à la maison et enlever les godasses pour qu'enfin je me sente soulager.

Pas bien longtemps à vrai dire puisque très vite mes petits pieds d'amour souffraient du froid.

Pas besoin de vous faire un dessin si je vous affirme que mes jolis escarpins sont restés au placard pour les fêtes, mes pieds quand ils les ont vus se sont mis à hurler de désespoir rien qu'en imaginant la douleurs future.

Je souffre donc le martyre et encore le mot est faible depuis la mi décembre, tout cela avec le sourire, après tout ce sont mes pieds et à chacun son bagne.

J'ai bien imaginé un rendez vous chez monsieur podologue, mais rien que de penser au mal qu'il allait me faire j'ai laissé tomber l'idée et j'ai pris en main mes pieds.

Ben oui aux grands maux, les grandes solutions maison.

Voilà donc environ deux mois que je les fais mijoter un soir sur deux dans de l'eau salée, que je les frotte, que je les gratte et que je les enduis d'une crème grasse à souhait.

Mon œil de perdrix c'est envolé il y a un mois, et hier j'ai eu la peau de mon durillon grosse comme une pièce de 1 ct..

Ce matin c'est le pied léger et l'âme sereine que je suis partie au boulot, appréciant chaque pas sans douleur comme une jeune fille devant sa première robe de bal.

mardi 19 février 2008

Dilemme

pile - face

Blanc - noir

Partir - rester

Avenir - Passé

Corps à corps - corps seul

plein - vide

humour - tristesse

Vie - mort

Aimer - haïre

Positif - négatif

Quel choix faire.......quand on a qu'une vie.......

jeudi 14 février 2008

L'homme que j'aime

L'homme que j'aime, n'a rien du super héros,
A mes yeux il est le plus fort, le plus brillant.
Il sait me faire rire, abattre d'un regard mes colères naissantes.
A ce jour aucun homme n'avait su faire ce tour de magie avec moi.
Il ne me couvre pas de diamant, ni de grand je t'aime.
Son regard et ses gestes sont plus éloquents.
Il sait être à mes cotés, me prendre la main, me couvrir de baisers.
Il connait mes codes secrets comme je pense connaître les siens.
Il me dit souvent à demain,.... et arrive après demain.
D'un rien il sait faire battre mon cœur
Il est bourré de qualités et a tout plein de défauts

C'est surement pour tout cela et plus encore qu'il est l'homme que j'aime.



ombre



Quand je m'endors contre ton corps
Alors je n'ai plus de doute
L'amour existe encore

Toutes mes années de déroute
Toutes, je les donnerais toutes
Pour m'ancrer à ton port