mercredi 27 août 2008

Maintenant je sais

Une petite réflexion hier de ma miss m'a fait comprendre certaines choses hier soir.

Maintenant je sais pourquoi certains soirs je me couche tôt et d'autres tard.

De le savoir me rassure et m'aide à mieux encore me comprendre, savoir comment je fonctionne, comment je réagis à ce qui m'entoure ou m'isole.

l'âge ne fait rien si chaque jour nous ne semons et ramassons un petit caillou sur notre chemin.

l'âge ne fait rien si chaque instant de notre vie est oubliée, perdue dans les méandres de notre inconscient.

Ce soir encore j'ai appris, j'attendrais donc demain pour mourir voir même après demain.

Je ne suis pas pressée j'ai encore tant à apprendre.

lundi 18 août 2008

Le mythe du prince charmant

Nous en avons toutes rêvées, pour certaines nous en rêvant encore, pour d'autres nous l'avons enfin trouvées.

Je parle évidemment du prince charmant avec un grand P et C.

Jeune fille je l'imaginais arrivant dans le soleil couchant monté sur son blanc destrier, il est arrivé un jour sans son cheval ni son armure à un moment ou je n'attendais plus rien de l'homme ni en général et encore moins en particulier.

Il m'est tombé dessus comme le père noël de la cheminée, un jour de mai ou le feu été éteint (heureusement pour lui, il s'y serait brûlé).

Je me souviens de ma quête vers cette idéal d'homme que j'avais construit dans ma tête sans me soucier de la réalité.

Mon chemin a été long, il m'a fallu d'abord mordre la poussière, pleurer, me haïr.

Pour enfin me trouver, m'aimer, m'accepter avec mes défaut et mes qualités pour pouvoir enfin m'ouvrir à cet autre que j'attendais sans vouloir me l'avouer .

L'accueillir dans ma maison sans rien attendre, juste en savourant comme une chatte gourmande le plaisir de le regarder vivre, rire, partager des moments de grâces.

Par sa façon d'être il a su m'ouvrir les yeux sur la vie.

Mon chemin a été long parfois douleur, vide, mais la vie m'a beaucoup appris.

Tout cela pour dire qu'en amour la porte doit toujours restée ouverte pour éviter que l'oiseau étouffe.

Se rappeler que rien n'est jamais gagner ni pour un jour ni pour mille ans

Souvent se remettre en question calmement posément.

Parler surtout de tout ce qui vous tracasse et qui par le silence peu devenir invivable.

Et puis l'aimer pour lui, pour ce qu'il est, pour cette capacité qu'il a de vous rendre belle comme un arbre de noël.

pour finir ne pas oublier de manger le blanc destrier de vos rêves de jeune fille, car nous le savons toutes:

C'est très mal de jouer avec la nourriture

Sur ce bonne nuit et jolis rêves à tous

vendredi 15 août 2008

Les z'avant nous

Hier soir, après une discussion un peu folle dingue avec la fille sur l'hérédité, je me suis souvenue de photos.

De très très vielles photos de famille.

Qui serions nous si notre père et mère, nos grands parents, nos arrières grands parents ..etc.., n'avaient pas été justement ceux là?

De mon point de vue nous ne serions pas nous, mais d'autres.

Nous sommes le produits de ceux qu'ils ont été, avec certes des oppositions mais aussi de grandes similitudes.

je suis en ce moment sur la trace de mes origines et je me rend compte que d'un côté ou de l'autre il y a eu dans notre famille des gens qui se sont battus pour que leurs enfants soient moins mal lotis qu'eux.

Ils y a ceux qui se sont battus contre la royauté et le pouvoir absolu, ceux qui ont participé aux grandes grèves de 36, ceux qui se sont battus pour que la France reste un pays de liberté pendant les deux guerres.

Les grandes gueules font parties de mon moi, ce désir permanent de voler au secours de la veuve ou de l'orphelin, de me battre pour mes idées, pour un monde meilleur.

L'âge ne fait rien à la chose quand on se bat pour un idéal.

Je porte encore en moi les combats de mes 20 ans et je me rend compte que je les ai transmis à ma fille.

Alors merci à tous mes z'avant moi qui m'ont fait ce que je suis

lundi 4 août 2008

Larve gluante

34° à l'ombre, je me sens "mouaaaate" c'est rien de le dire .

après une X ème douche qui laisse un semblant de fraîcheur, je dégouline encore moins de 10 minutes plus tard.

Je passe sur les jambes qui me donnent l'impression d'être des poteaux.

elephant

Non plutôt des pattes d'éléphant.

Je rouspète comme une voleuse après cette chaleur qui fait de ma petite personne une larve.

En parallèle je me moque de moi, il y a moins de 15 jours je trouvais que quand même on avait un été qui n'en était pas un et patati et patata en gros jamais contente.

Fais froid, fait pluie, fait gris, fait chaud jamais contente la fille