samedi 31 juillet 2010

Tristoune, moi, pas du tout

J'ai l'habitude, c'est toujours moi qui prend, ce n'est pas grave dit-elle
Et oui, il faut en prendre ton parti dit-il

Mon azalée se meurt, pourtant, j'ai bien fait tout comme il faut.
Une plante en moins, dix de retrouvées

Déliquescence d'un monde, que faire
Je t'avais dit de me laisser m'occuper des grandes choses

Et mon ménage, avec cette foutue jambe j'ai du mal à le faire
Regardes pas, et tu ne verras rien, moi je la trouve propre

Tien ma jambe parlons en, plus d'un mois que je me traine
Un petit coup de bistouri et hop le tour est joué

En ce moment je broie du noir
Raciste en plus, broies du blanc plutôt

Fait moi un câlin, pour me guérir.
encore, je t'en ai fait un hier, madame devient exigeante

Juste un petit câlin qui guérit et je serai sage comme une image juste un alors, j'ai l'habitude, c'est toujours moi qui prend

mercredi 21 juillet 2010

1789 Fin d'une Epoque

1789 mit fin à la royauté, à la société d'ordres et aux privilèges. Justifié par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, qui proclamait l'égalité théorique des citoyens devant la loi,

Les bourgeois prirent la place laissée par la noblesse décadente, imbue de ses privilèges, de son bon droit de saigner à blanc le bon petit peuple pour pourvoir à ses plaisirs.

De belles idées virent le jours : égalité, fraternité, liberté.

France Terre d'Asile

2010 : que reste-t-il de tout cela.

Les gros continuent à nous prendre pour de joyeux débiles, ils nous donnent des jeux ( déjà les romains l'avaient compris) et en douce font passer des lois qui ne touchent bien évidemment pas à leur petits privilèges.
Ils continuent à jeter l'argent par la fenêtre en déplacements, frais de bouche et tout ce que nous ne savons pas, une enveloppe bien dodue par ci,- par là, à placer leurs amis, famille touchant des revenus mensuels qu'aucun smicard ne peut un seul instant rêver de gagner en une vie.
Et pendant ce temps la masse laborieuse, enfin celle qui a encore du boulot triment, comptant ses sous pour l'achat d'une baguette (la baguette juste un symbole, je me suis toujours demandée s'ils en connaissaient le prix d'ailleurs) paie ses impôts.

Je sais tout ce que mon raisonnement peut avoir de simpliste face à ce qui se joue actuellement,
Il est vrai que j'en ai ras le bol d'une justice qui sous prétexte de noms puissants ferment les yeux, attribut des peines minimales pour des actes inqualifiables qui met en jeux des sommes colossales.
Qui sous prétexte des origines, et de la couleur de la peau met dans les avions sans un regard, comme des marchandises avariées, avec un tampon : retour à l'expéditeur.
Des promesses vites oubliées (je sais :Les promesses n'engagent que ceux qui y croient,les écoutent)
La santé de plus en plus à deux vitesse
Et tout le reste aussi, tout ces maudits mots dit juste pour nous leurrer une fois encore.

Ou sont passés les humains, le sens de la solidarité et du partage.

Certains d'entre nous pourtant essais, à leur échelle, de tendre la main de faire, certes de petites choses, en fonction de leur moyen, mais ils le font et bien souvent dans l'anonymat le plus complet.
le pire dans tout cela c'est que nous ne sommes pas les plus mal lotis de cette foutue planète, on pourrait être vieux, pauvre et en Somalie ou ailleurs dans un pays du tiers monde squatter par de grandes industries qui présure leur richesse, avec l'avale des grands pays riches.

Je vois ce profiler un avenir bien sombre et pourtant je suis une optimiste de nature, mais là ma coupe est pleine.
Il faut que ça bouge et vite on peut pas laisser un tel merdier à nos enfants.

Je ne suis qu'une voix, qu'un murmure parmi tant d'autres....: Nous sommes trop nombreux à subir.

Pour moi, aujourd'hui, la vie n'est pas belle

mercredi 14 juillet 2010

Coucher à du bon

Comme vous le savez, je suis couchée depuis pas mal de temps.

Pour ceux qui sont contents de me voir remise: Merci.


Pour ceux qui espéraient que ce n'était que le juste châtiment d'une teigne: Merci.

Finalement la position horizontale à du bon.
Elle laisse le temps au cerveau de délier les fils de l'inconscient, (et mise à part les faits matériels comme retrouver un couteau ou des clefs de maison), de mettre enfin le doigt sur un événement si vieux, si enfouit au tréfonds de vous même, que vous vous demandez comment vous avez fait pour oublier ce détail, qui a tant déclenché de merde depuis,
Entre ce détail et l'explosion qui en a suivi environ 5 mois ce sont écoulées.
Je me suis réveillée se matin après une suite de rêves bizarres, entourée de personnes depuis longtemps parties aux pays éternelle,(J'en profite pour leur dire que je les aime et qu'ils sont toujours là), et te dire merci frangin et t'inquiètes pas tout va bien ce passer,

Quand on comprend enfin certaines choses tout va mieux surtout pour soit.
Je vais pouvoir enfin mieux dormir demain, l'esprit plus clair, plus tranquille aussi, comme apaisée.

Elle est pas belle la vie

dimanche 11 juillet 2010

Perdus-Retrouvés

Objets inanimés avez vous une âme?

Oui trois fois oui et j'en tiens un belle exemple, non deux (pourquoi faire les choses à moitié)

Lors de notre retour vers Toulon mi décembre, je me rends compte que mon joli couteau Vendetta n'est plus, ce couteau j'y tenais fort, offert lors d'une ballade à Bonifacio entourée par mon PC et mes deux frères de coeur, chouette journée où le ciel a retenu ses larmes pour nous offrir un magnifique soleil.

Vendetta : couteau corse pour défendre son honneur dans le sang.

Je vis là un signe du destin : pas de sang à verser, mon honneur sauf, et surtout le signe que mes 13 mois de lune de miel prenait fin ce jour.

J'ai rangé mon couteau dans ma tête, dans le coin perdu regret éternel et j'ai refermé la boite.....ainsi va la vie.

Et puis mi juin, douleur atroce côté droit, j'arrive tout juste à rester couché et encore.
Mais voilà (comment quoi il ne faut jamais désespérée),J'ai de charmants électriciens qui sont là, à refaire le système électrique de la maison, 13 ans que j'attends, j'allais quand même pas leur dire :

  • vous êtes mimis mais j'ai trop bobo, allez zou dehors que je puisses aller voir mon toubib.

J'aime pas laisser des étrangers dans ma maison, l'idée ne me plait pas, en plus pas moyen de remettre la main sur les clés de la maison.

Je me remets soudain à penser au couteau, deux trucs perdus en moins six mois c'est pas mon genre, je mets cela sur le compte de la douleur (on rigole pas avec une lombosciatique aiguë côté droit même si elle est pas paralysante....donc en terme médicale vous avez mal certes mais cela pourrait être pire ma petite dame).

Le couteau, les clés rien à foutre pour l'instant, on verra cela plus tard.

Trois semaines sur mon lit de douleur, deux ballades aux urgences et un traitements de choc qui m'a laissé anéanti...laisse quand même un peu place au cerveau de gamberger.
Horreur, malheur, non seulement mon corps me lâche mais en plus mon cerveau part en miette....vieillitude quand tu t'en mêles.....
Hier matin juste après la visite du piqueur pardon infirmier (je déteste cela, et en plus je suis terrorisée), je me mets à la recherche des objets perdus.
Tout y passe: les cartons pas encore vidés, les poches de vestes, les sacs à main.
Première trouvaille : Mon Vendetta youpi trois fois.
Si j'en trouve un pourquoi pas deux et là lumière je retourne totalement mon sac à main, rien j'ai beau secouer, vider, retourner rien dedans.
Mes clés sont là bien cachées, bien au chaud entre le cuir et la doublure .

Et youpi, youpi là bis, mon cerveau va bien...tout viens à point à qui sait attendre.

Elle est pas belle la vie

samedi 3 juillet 2010

Mots pour Marie

Allez, pleures ma belle.
Vides tes yeux de ta douleur,
De ta peine, de ta rage.
Pleures bien fort comme un cri,
Un hurlement d'un autre âge.
Pleures comme la pluie tombe
En long sanglot qui déchire le ciel
Pleures ma belle, pleure comme la pluie
Sens tes larmes vagabondes sur tes joues,
Sens tes larmes qui ruissellent comme un torrent
Draines ta douleurs hors de ce corps qui a si mal
Pleures jusqu'à plus soif
Après la pluie tu trouveras l'arc en ciel
Lumineux, merveilleux,
Celui qui te mènera vers ton rêve d'amour