366 obsolètes à prise rapide

mardi 12 mars 2013

Pas encore là .....

A rémotis* je me sens, je suis absente tournée vers elle et ce bébé qui va naître.

Mille questions tournent dans ma tête, on a beau me dire que 50% des femmes ont un soucis lié à l'accouchement, elle n'est pas 50%.

Elle est mon A.P., pas une femme perdue au milieu de toute.

Celle-ci est sortie de ventre.

Elle est arrivée avec un mois de retard, elle n'avait pas envie de sortir de son cocon, lui mon petit lièvre est pressé il arrive avec plus d'un mois d'avance.

Son calme contre mes angoisses.
Sa patience contre mon agitation
Son rire qui chante à mes oreilles m'ôte l'envie de pleurer.
Je me sens rétrécir

*à rémotis (À l’écart)

lundi 11 mars 2013

Quand il faut, .....Il faut

Depuis jeudi soir la vie pour mon A.P. et son gentil chevalier n'est pas bien rose, et pour tout vous dire pour moi non plus.

Monsieur bébé a décidé d'arriver un peu trop tôt sans ce préoccuper qu'à 33 semaines les finitions ne sont pas vraiment faites totalement.

Elle se retrouve à l'hôpital avec pour consigne de bouger le moins possible.

Et nous pour calmer son impétuosité, on le coquete* à loisir pour l’incité à rester là où il est.

Pour que tout ce passe bien, il serait mieux pour lui qu'il passe encore 3 semaines bien au chaud.

Ils gèrent cela comme des chefs, et moi ben j'essaie de les soulager un peu....mais dur, dur.

La vie c'est pas un long fleuve tranquille c'est moi qui vous le dit

coqueter (Courtiser)

jeudi 7 mars 2013

La vie en 3d

Il y a trois heures j'ai vu la tête du futur petit bonhomme, vous dire qu'il est beau c'est rien, parole de mère-grand.

Il a tout ses doigts de main et de pied, un petit cœur qui bat, une taille respectable et devrait peser environ 3kg700 pour 51 cm.

A.P. se porte bien, elle a pris peu de poids et j'en suis fière, elle a tout les tracas liés à la grossesse, mal de dos, mauvais sommeil et hâte surtout de mettre au monde cet enfant qui commence à peser.
Elle est belle avec son ventre que je ne peux m'empêcher de caresser, comme pour lui dire coucou la grenouille c'est moi et je t'aime déjà fort.

Aujourd'hui point de malemort mais la vie avec un grand!!! V!!!!

mercredi 6 mars 2013

ouin-ouin

Aujourd'hui du vent, très fort, un vent qui arrache les branches d'arbres qui les déracine aussi.

Un vent qui pousse en rafale et démonte la mer qui vient s'écraser sur la plage en gros rouleaux.

De la pluie fine qui tombe en diagonale et qui dure depuis hier sans arrêt, une pluie qui fait de grosses flaques d'eau.

Mais pas une girie à l'horizon, le bonheur quoi.

mardi 5 mars 2013

Envole

Je ne rêve et ne pense qu'à cela depuis pas mal de temps.

Partir loin, au chaud dans un endroit paisible, loin des touristes de tout poils, juste un petit coin pour me relaisser à loisir.

Un petit coin tout douillet où je pourrai me blottir dans les bras de mon P.C., loin des regards, loin du monde et des mauvaisetés qui s'y déroulent.

En y réfléchissant cela fait bien long que nous n'avons pas enfourché notre fougueux destrier, pour aller au hasard.

Trop long à mon goût, bien trop long.

Il y a des jours comme cela, où perchée sur ma planète, mon esprit libre s'envole vers d'autres destinations.

dimanche 3 mars 2013

Je danse, elles dansent, nous dansons

Toutes les bonnes choses ont une fin bien malheureusement.

Nos danses singulières se sont envolées avec nous, gardées dans un coin de notre mémoire et surtout de notre corps.

Ce jour quiconque nous auraient aperçu nous auraient pris pour une bande de folles échappées de l'asile.

Et pourtant entre s'affolir et laisser son corps exprimer ses ressentis il y a une marge.

Et c'est bien là tout l'espace que donne la danse singulière à ceux qui n'arrivent pas exprimer ni leur colère, ni leur souffrance, ni leur mal être et leur joie.

La danse singulière permet le décryptage de la gestuelle du corps, il n'y a pas de jugement sur ce qui est fait, ceux qui participent à cette danse peuvent soit évoluer seul, soit par deux, trois....soutenues par le regard des autres.
C'est un espace de liberté, mais surtout de confiance , de respect de l'autre, de soutien et d'amour

Demain je sais que mon corps aura mal de toute cette gesticulation, mais ma tête elle va tellement mieux, je me sens bien si bien que cela en est déroutant.

''Je me sens comme un petit papillon libre''.

vendredi 1 mars 2013

Vivement demain

Non pas parce que c'est samedi et donc la fin de la semaine, encore moins parce c'est le Week-end.

Non, non demain je participe à un stage de danse singulière et comme il n'y aura pas de matière visqueuse je ne conglitinerai pas non plus.

Danse singulière, danse libératrice des corps qui se laissent mouvoir sur la musique de leur ressenti.

Ce week-end je danse, je me libère, je me retrouve avec un moi qui parfois se noie, s'oublie, s'éparpille.

Ce week-end je m'envole.

  • conglutiner (Joindre deux ou plusieurs corps avec une matière visqueuse)

mardi 26 février 2013

Acédie

Il m'arrive de plonger de temps à autre dans l'acédie, comme cela sans vraie raison.
Je me lève un matin comme un autre et je sens bien qu'il y a un truc qui ne tourne pas rond.
J'ai pas envie que l'on me parle, je fuis l'humain et dans ma tête la ronde des maux tournent comme une vieille musique mille fois entendu.

Pour bien me connaitre, je sais que cela va passer, que mes larmes ne sont que passagères et que ce sentiment du vilain petit canard ne va pas durer.
J'ai assez bien cerné ce que je suis et mon mode de fonctionnement, je perçois ce que j'appelle la crise, j'arrive à la comprendre et à la gérer.

Mais ce qui me turlupine c'est que je n'arrive pas à mettre le doigt sur le déclencheur.
Ce qui me rassure est que je suis une optimiste, une vraie, une pure et cela me sauve bien souvent du néant dans lequel je m'enfonce.

lundi 25 février 2013

gélasin

Ce matin moi voila bien étonnée, la neige tombe à gros flocon, la pinède est blanche et il y a bien 5 cm sur les voitures.
Cela ne me fait pas rire du tout.
Par contre à côté de moi mon P.C. se moque, il sait bien lui que la neige et moi nous ne sommes pas amie.
Gélasinnez donc tout à loisir sur mon compte, je n'y peux rien.

gélasin (Qui a rapport au rire)

samedi 23 février 2013

Se Bronzer

7 heure du matin, je regarde le ciel au travers des grands pins.
Le ciel est lourd, chargé d'eau.
Pas la moindre espérance d'un rayon de soleil.
Je vais se matin , comme hier, rajouter une couche de vêtements.
Mon corps refuse de bronzer au froid.
Malgré les gants et chaussettes de soie, je serai transie.
Le bout de mon nez aura la couleur des nez de clown.
Et pourtant je vis dans le sud, la température est de 3 degré
3 Degré, mais ils font comment ceux qui vivent à -10.
Non rien y fait, je n'aime pas le froid et lui non plus d'ailleurs.

Se bronzer : s’endurcir

mardi 19 février 2013

colloquer ou Lilou et le coucou

Des coucous j'en ai connu et je pense que j'en connaitrai encore.

Le dernier en date, après s'être colloqué dans la joie et la bonne humeur, fut une vraie plaie, je pense même qu'il aurait pu faire partie des 7 plaies d’Égypte.
Tel le dieu des Hébreux YHWH (יהוה) triomphe d'Hâpy, j'ai triomphé du méchant colloqué.

Pour ne rien vous caché cela fût long et douloureux (surtout pour moi), mais je pense que quelques mois de plus et il allait nourrir les légumes du jardin.
Un coucou comme engrais, il m'arrivait de le regarder et je me voyais creuser un trou dans le potager, j'imaginais ensuite la taille des légumes, leur goût, et je me disais : toi mon gars tu vas mal finir. et cela me faisait rire et me permettait de tenir
S'il est vrai que je peux être méchante en pensée, cela m'arrive rarement de l'être dans la réalité.
De teigne je n'en ai que l’appellation qui n'est même pas en AOC.
Je peux certes avoir un humour noir que peu de gens comprennent, style 3eme ou 4eme degré, mais de là à en venir aux actes, il y a un monde tout de même.....

Ceux qui me connaissent le savent bien

lundi 18 février 2013

Si j'en vois un

Autant vous dire que si j'en vois un passer, je l'éclate.
Aujourd'hui dimanche aucun zoïle* ne viendra gâcher ma journée.
D'ailleurs pour être sûre ni d'en entendre, ni d'en voir je ne vais pas sortir malgré ce joli soleil.
Non je ne suis pas d'humeur, hier m'a largement suffit.

Zoile de tout poils passe ton chemin, la teigne gronde

zoïle (Mauvais critique ou critique envieux et méchant)

Je me suis trompée de jour pas grave zoile correspond à mon humeur du jour soyons fous changeons la date

mercredi 13 février 2013

Folliculaire

Folliculaire! folliculaire! Est-ce que j'ai une gueule de folliculaire




Petit plagias d'une réplique d'Hôtel du nord, avec Arletty et Louis Jouvet, que j'aime.

Un bon vieux classique, comme moi en somme

mardi 12 février 2013

Ravaudage

J'ai le souvenir, en lisant ce mot, de ma grand-mère s'installant dans la salle à manger, près de la porte fenêtre.

Elle amenait avec elle tout le linge à ravauder, elle faisait cela à petits points, choisissant bien les couleurs de fils en fonction du linge.

Petite j'aimais la regarder faire, son travail était bien propre, presque invisible à l’œil, aussi impeccable à l'endroit qu'à l'envers.

J'ai moins aimé quand j'ai eu l'âge de m'y mettre et qu'elle me disait de manière moqueuse: ma pauvre enfant c'est une aiguille que tu as dans la main pas une pioche, même une souillon aurait honte .

Elle a quand même réussi à m'apprendre quelques points bien utiles et maman qui était une couturière hors pair m'a appris le reste.

Mais bon c'était tellement mieux et bien fait quand c'étaient elles qui le faisaient.

lundi 11 février 2013

Mes angoisses du jour

Ce matin après un petit week-end bien sympa chez nos amis des olivettes, j'ai été surprise par les 10 cm de neige au sol, et par les gros flocons qui tombaient.

Pour ceux qui ne le savent pas je n'aime pas la neige, et elle ne m'aime pas non plus

C'est blanc, c'est froid et moi je deviens violette même bien équipée, alors si en plus il faut rouler dessus c'est pas mon truc du tout.

Je stresse comme une malade, j'angoisse à fond et mon adorable chauffeur ne peut s'empêcher de me faire des frayeurs juste pour rire.

Les quelques kms à faire pour rejoindre l'autoroute, à moins de 50 kms/h n'était pas pour moi une partie de chambole ( si ce foutu mot ce conjugue évidement).

J'étais raide comme une baguette, attentive à la vitesse et aux bas côtés, essayant de fermer les oreilles à toutes les plaisanteries de mon compagnon.

Heureuse de retrouver mon nid, je n'y peux rien la neige je n'aime pas, je l'aime encore moins que les piqûres

vendredi 8 février 2013

bégaud

Nigaude, stupide et ignorante c'est comme cela que je me ressens certain jours.

  • Les jours où mon cerveau imprime mal,
  • Les jours de remise en question,
  • Les jours où tout va de travers,
  • Les jours de culpabilité,
  • Les jours où ma tête et mon corps ne sont pas en phase.

Ce matin la tête prête à éclater, le nez plein, fatiguée d'une nuit mauvaise, je me sens ainsi.

jeudi 7 février 2013

Icastique

Ben voila bien mot qui en aura inspiré bien peu.

Comment le glisser dans une conversation sans faire trop, ou bien pas assez.

Surtout comment ensuite l'expliquer en toute modestie, dans le style : coucou c'est moi je suis Icastique.

Et vlan sans modestie aucune j’assène l’explication : Naturel, sans déguisement, sans embellissement.

Et là tout le monde se gausse.....non, je vais pas m'y aventurer

mercredi 6 février 2013

Faconde

Il m'a bien fallu en avoir aujourd'hui de la faconde, pour faire taire ce méchant troupeau d'enfants.

J'aime utiliser des mots qui sortent un peu de leur quotidien, histoire de les faire réfléchir, voir ce taire pour une minute de réflexion.

Je croise aussi les doigts dans mon dos, caressant l'espoir qu'un au moins demandera sa signification.

Ce matin j'aurai du jouer au loto: il y en a un qui a demandé des explications.

Finalement il y a peut-être un petit espoir.

mardi 5 février 2013

Rapetassage

La première fois que j'ai entendu ce mot, c'était il y a plus de 23 ans.

C'était à l'occasion de ma présentation dans ma nouvelle futur ex belle famille, provençale pure souche.

Ma belle-maman me faisait visiter le clapier et le poulaillé quand au misère de moi, je me suis accrochée le bas de ma robe à un grillage.

Autant vous dire que le jolie jupon ancien que je portais ce jour là à fait triste mine.

Sans perdre un instant ma belle-maman m'a dit : ôte moi donc ton froufrou que je te le rapetasse.

Aussitôt dit, aussitôt fait, un beau rapetassage dans les formes de l'art.