Mes coups de gueule

Quand je me lâche...

dimanche 29 juin 2008

Tout le monde dors

8h45, malgré la chaleur ils arrivent encore à dormir et "Moâ" je suis là comme une quiche à les entendre ronfler allègrement.

Le prix du baril de pétrole grimpe et eux dorment.

Le prix de l'immobilier baisse et eux dorment.

Je ne vous parlerai pas du prix des fruits et légumes ni du restent d'ailleurs et que font ils?.....Ils dorment.

Le petit Caporal, un temps surnommé Iznogoud, fait de grandes déclarations qui se noient dans le brouhaha des contres déclarations et ils dorment encore.

Ils parquent les immigrés clandestins comme des animaux, mettent en place la directive de la honte, font fi du pouvoir d'achat, massacre la sécu et ils dorment toujours.

L'écart entre la base et les hauts salaires se creusent, le prix de la baguette s'envole, on démolit joyeusement l'éducation nationale, ils sont en pourparlers pour réintégrer l'OTAN, la justice se déglingue et eux dorment en rêvant à leur vacance.

Quand ils se réveilleront au mois de septembre une myriade de loi et de taxes seront nées, ils n'auront rien vu venir, ils subiront encore, pliant un peu plus le dos, travaillant plus s'ils le peuvent et gagnant moins de manière certaine, espérant se réveiller de ce cauchemar, le petit caporal, lui prendra un repos bien mérité, au frais de la princesse.

Serions nous des larves gluantes endormies???..........non je ne peux y croire.

Nous allons finir par nous réveiller et dire NON cela suffit messieurs.

Nous avons comme vous le droit de vivre, d'aimer, de nous cultiver, de nous instruire, de manger, de rire, de travailler, d'être soigné.

Quelques soit nos convictions, nous sommes avant tout des êtres humains et à ce titre nous avons droit au respect

jeudi 20 mars 2008

Non au désengagement de l’Etat en matière culturelle

Témoignage de la Cie Création Ephémère
Vous êtes artistes, responsables de structures, de projets culturels ou tout simplement attachés à la richesse et diversité culturelle de notre pays, vous n’avez pu passer à côté de nombreux témoignages, ces derniers mois, sur les difficultés rencontrées, régions par régions, par la plupart des acteurs culturels qui ont débuté l’année 2008 avec une grande incertitude quant à leur financement.
Cette incertitude prend désormais corps, et, force est de constater qu’il s’agit purement et simplement d’un désengagement de l’Etat en matière culturelle.
L’Etat a décidé de réduire le budget qu'il consacre à la culture notamment en direction des publics spécifiques (actions culturelles dans les quartiers, les prisons, les hôpitaux, en milieu rural…) mais également de la création contemporaine et du spectacle vivant.
Les plus touchées par ce désengagement de l'Etat sont les associations artistiques et culturelles, compagnies, salles de spectacles qui constituent le creuset de la création et de l'innovation.
Nous, compagnie Création Ephémère, souhaitons ici apporter notre témoignage et faire part de notre indignation quant à notre situation, qui s’inscrit dans cette conjoncture et prend des allures dramatiques.
Depuis 1991, la compagnie travaille de façon professionnelle avec des comédiens «différents », handicapés mentaux.
Depuis cette date, il y a eu une reconnaissance croissante de la part de l’Etat qui s’est manifestée par une aide en 1991 de 25 000 F (3812 €) pour s’accroître régulièrement et atteindre 40 000 € en 2006.
Cette aide nous a permis de structurer et d’approfondir notre action.
En 2002, la DRAC Midi-Pyrénées vote une subvention de 15 250 € pour l’aide à la production de « Zoll » de Michel Genniaux. En 2005, une aide de 17000 € nous est accordée pour la production de « L’Enfant sans Nom » d’Eugène Durif. Il nous semble donc avéré que notre projet artistique avait une réelle reconnaissance de la part de l’Etat jusqu’en 2006 . Et c’est la chute, jusqu’à la rupture totale du soutien de l’Etat envers notre action. 2007 est une année noire. Plus aucune aide pour fonctionner ni pour la formation des comédiens différents.
2008 sera donc l’année qui verra la fin de notre travail, mis en péril par l’arrêt brutal et incompréhensible de l’aide de l’Etat : aucune aide ne nous sera attribuée pour la création du prochain spectacle, « Une Antigone », sur une écriture d’Eugène Durif. L’incompréhension est totale puisque cette aide croissante de l’Etat s’est accompagnée d’une réelle reconnaissance artistique de notre travail atypique et d’un développement constant de nos activités de création et de tournées : « Zoll » ou « L’enfant sans nom » ont été joués en Allemagne, Suisse, Belgique ou Autriche, sur des Scènes Nationales et conventionnées.
Autant de programmateurs qui nous ont renouvelé leur confiance par la suite.
Ce n’est pas avec quelques mots ici, dans cette lettre, que nous allons pouvoir décrire notre mort mais c’est pourtant ce qui va arriver : nous ne pouvons plus travailler et vivons un drame humain qui se manifeste par l’arrêt de nos projets et des licenciements futurs.
En faisant reposer les baisses de crédits sur les structures qui sont parmi les plus fragiles du champ culturel - des milliers d'équipes qui font pourtant le dynamisme artistique de notre pays - l'Etat démantèle peu à peu le maillage artistique et culturel français, balaie d’un revers de la main l'action culturelle de proximité et renvoie les populations à l'offre unique des industries du divertissement.
Face à cette situation, vous pouvez nous soutenir d’une part en diffusant largement cette lettre ou bien en écrivant à la DRAC Midi-Pyrénées : Monsieur Paillarse Directeur des Affaires Culturelles de Midi-Pyrénées : anne-christine.micheu@culture.gouv.fr Plus d’informations sur la compagnie Création Ephémère et son projet artistique :www.cie-creation-ephemere.fr
Très cordialement, La Cie Création EphémèreLa Fabrick // 9, rue de la Saunerie // 12100 MillauT – 05 65 61 08 96 // cie.ephemere@wanadoo.fr

lundi 19 novembre 2007

Bouillonnement du soir, sans espoir

Depuis mardi midi nous n'entendons parler que de ces méchants grévistes :

qui empêchent tout le monde de travailler,

qui bloquent le transport ferroviaire pour ruiner ces pauvres chef d'entreprises,

ces méchants qui amènent tout simplement le pays à la ruine.

Mais j'ai une question à poser (vous n'avez pas oublié que je suis blonde n'est ce pas?) pourquoi ils n'ont pas commencé par leur propre régime spéciaux.

J'aimerai bien cotiser 5 ans et toucher 1500 euros, j'aimerai bien avoir une augmentation de 140 %, j'aimerai bien cumuler une retraite de maire+ député+ sénateur+ président, continuer à voir une voiture de fonction.

Enfin tous ses petits avantages qui mis bout à bout me permettraient d'être invitée sur un yacht à Malte ou en Californie, d'occuper une petite maison de 110 pièces.

Plutôt que de snifer à longueur de temps les doux parfum de la javel ou de l'acide chlorhydrique, d'avoir le dos cassé, des douleurs dans les doigts, les yeux qui piquent quand j'épluche des oignons, mal aux jambes.

Rassurez vous le boulot de femme de ménage n'est absolument pas pénible pour un sou ni deux d'ailleurs, c'est bien connu nous faisons cela pour le plaisir de voire la maison des autres briller, leur linge soigneusement repassé, leur vitres étincelantes.

Et comment résister la joie du banquier qui nous annoncent que non nous ne pouvons obtenir un prêt trop d'employeurs, donc précaire..... ben oui imaginez qu'ils se mettent tous à mourir en même temps hein....qui va le payé le prêt.... ils n'ont pas le statut d'association caritative eux c'est des commerçants ma bonne dame.

En résumé plutôt que de tirer vers le bas ils feraient mieux de tirer vers le haut ces intellos de mes deux.

Je rajoute un prix spéciale aux journalistes de certaines chaines et canards qui savent si bien manipuler l'information aux détriments de ces méchants grévistes.

Diviser pour mieux régner c'est bien connu mais cela fonctionne toujours.

lundi 12 novembre 2007

Ras le bol

Fatigue générale du corps et de la tête (ben oui même les blondes ont un cerveau)

Help

Recherche:

Vieux, Riche (très très riche), et Cardiaque (extrêmement cardiaque) pour vie à deux très courte, et très profitable pour mon avenir....

Que ceux qui pourraient être intéresser , ne répondent surtout pas à cette annonce, il en va quand même de leur espérance de vie.

Après ces quelques mots carrément ignobles mais qui m'ont tellement soulagés je vous souhaite à tous une bonne nuit emplie de mantes religieuses et d'affreuses veuves noires

Elle est pas belle la vie

jeudi 17 août 2006

Squat de Cachan

Le plus grand squat de France, qui abritait près de mille personnes dans une ancienne résidence étudiante de Cachan (Val-de-Marne), a été évacué, jeudi 17 août, par les forces de l'ordre. La préfecture du département a invoqué une décision de justice de 2004 et des risques d'incendie liés à des branchements électriques "sauvages" pour procéder à cette opération, qui met un terme à quatre ans d'occupation des lieux. La décision a été prise "à la demande du recteur" de l'académie de Créteil, précise la préfecture.

le monde du 17/07/06

Lire la suite...