.paquebot

Pourquoi maintenant............................;pourquoi pas.....

J'ai 6 ans, une voiture verte avec une croix rouge est venue nous chercher, elle nous transporte sur la falaise qui surplombe la rade d'Oran.

On nous installe dans de grandes tentes militaires, les enfants ont un lit de camp pour deux.

Je sens bien que mon père et ma mère semblent tristes, angoissés, nerveux, mais pas moi.

moi je sais qu'il vont me faire une merveilleuse surprise, je porte une petite robe et si je m'en souviens bien elle est bleue ciel avec des rayures en long de bleus différents, à cotè de moi j'ai une petite valise marron en carton et aussi un sac à dos avec pleins d'affaires dedans.

J'ai bien envie de poser des questions mais je sens bien que ce n'est pas le moment..

On passe là un jour ou deux ou trois je sais plus, quand on est petit le temps qui passe n'a pas la même signification que pour un grand.

Et voilà le moment du départ les mêmes voitures nous transportent jusqu'au port, un grand bateau nous attend, il est blanc avec son nom marqué en noir le "Sidi Bel Abbes", mon père et ma mère nous entrainent à leur suite , et un monsieur nous montre la cabine que nous allons occuper.

Elle est pas bien grande, juste quatre couchettes et nous sommes 6, c'est pas grave on va se serrer.

Au moment ou la sirène du bateau sonne, nous remontons sur le pont.

Le bateau largue ses amarres, Oran s'éloigne de nous, mes parents pleurent, autour de nous je vois beaucoup de grands pleurer, je comprends pas, moi je suis super contente.

C'est la première fois que je prends le bateau pour aller loin, et je trouve que mes parents sont super gentils de m'offrir ce beau voyage pour mes six ans.

Je ne peux pas m'empêcher de les remercier et là je vois ma mère pleurer encore plus..........vraiment les grands parfois c'est bizarre.......

Ce voyage je m'en rappelle encore ainsi que tout ce qui c'est passé pendant la traversée et après.

Il m'a fallu du temps pour comprendre que c'était un allé simple vers un pays qui allait nous recevoir comme si nous étions la lie de la société, des françaises de seconde zone .

44 ans plus tard, il y a en encore qui nous insulte en nous traitant de sale pied-noir et certains pensent qu'être né en Afrique du nord fait de nous des arabes..

Remarquez être arabe n'est pas une tare.

Mes racines me manquent, elles ont été coupées un matin ensoleillé de juillet 63.

Commentaires

1. Le jeudi 29 novembre 2007, 19:37 par Zub

Bps

2. Le jeudi 29 novembre 2007, 23:12 par Saperli

je me souviens d'une soirée,quand j'étais âgée d'une vingtaine d'année, où un collègue d'une trentaine d'année nous avait fait découvrir lors d'une soirée diapos, sa vie d'avant, de là-bas. J'ai encore dans le coeur, sa nostalgie et sa douleur si digne.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.