Question très pertinente : Qu'elle est le prix d'un homme?

L'homme ci dessus cité n'est pas l'homme humain, sensible, ayant un cœur, une personnalité.

Non je vous parle de l'homme machine, l'homme outil, celui qui se lève chaque matin pour aller bosser, qui va bon an mal an gagner sa vie de misère.

Donc cet homme là qu'elle est son prix?

Enterrement de seconde classe ou de 1er tout dépend de ses espoirs me direz vous?

Ce à quoi je répond que nenni.

L'homme machine est un jour, tien un beau matin de Mai embauché pour ses connaissances, sa compétence, son savoir faire.

Il se sent responsable de son outil de travail, fière de ce qu'il produit, son chef chaque jour lui vante la qualité de son travail l'encourage, lui fait miroiter une vrai place au soleil.

Et puis un jour patatras tout s'effondre.

On lui annonce son licenciement pour X cause.

Le voila bien essoré, il se sent moralement en détresse, son corps ne comprend pas et lui fait mal.

Tout le monde s'en fout après tout c'est lui que cela concerne les autres l'ont échappés belles.

L'homme machine se vide de tout ses rêves pour sa famille pour lui même.

Si l'homme machine à un peu de chance il a moins de 40 ans, si vraiment pas de bol il a entre 45 et 50 ans et là misère il se retrouve devant une avenante pétasse de l'ANPE qui lui dit tout sourire :

- Mon "pôvre" mais à votre grand âge c'est fini, vos connaissances, votre compétence vous pouvez oublier, j'ai sous le coude un merveilleux emplois de balayeur à vous offrir pour 5 francs, six sous qui vous ira comme un gant.

Et si le pauvre gars ose refuser on lui parlera alors de l'offre raisonnable d'emploi, qu'il est devenu un boulet pour la société, un moins que rien un assisté.

L'homme machine n'a pas le choix soit il survivra soit il mourra et avec lui son humanisme.

Et hop un petit enterrement de seconde classe

On est bien peu de chose et mon amie la rose est morte se matin

Commentaires

1. Le mercredi 24 septembre 2008, 20:01 par berlioz

Je suis étonné d'être le premier à mettre un commentaire. Il y aurait pourtant tant à dire au sujet du prix d'un être humain. Et il ne faut pas oublier la facilité du recours à des prestataires qu'on peut jeter du jour au lendemain, de l'externalisation de certaines activités pour mieux pressurer. Le profit avant tout, n'est-ce pas.

2. Le mercredi 24 septembre 2008, 21:23 par Lilou

Le profit, foutu profit.......mais bon il ne faut pas trop se faire d'illusion.

Quand au nombre de com je m'en fous un peu.... j'écris parfois comme un cri que j'ai envi de pousser, tien juste comme cela, en passant.

J'aime bien l'idée du passant qui passe.

Bisous à toi

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.