Quand on entend cette phrase, ici, dans le sud, on ne peut s'empêcher de sourire.

Si en plus on dit : Peuchêre, le pôvre, il est bien brave, , là il n'y a plus de doute.

On a affaire à un jocrisse et pourtant c'est pas de sa faute, il est né pour se faire mener par le bout du nez.

Sont bien à plaindre, les pôvres, peuchêre, qu'elle misère, si un jour vous en croisez un, ne vous moquez pas, il souffre déjà bien assez sans en rajouter une couche.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.lilou-la-teigne.org/trackback/616