Voilà un petit moment que le sujet me trotte dans la tête.
dans le milieu dans lequel je travaille l'autonomie des personnes âgées est souvent soulevée.
Que doit-on faire ou ne pas faire pour justement aider mais pas trop.
Je ferai la distinction entre deux catégories : ceux qui vivent seuls ou en couple et ceux qui sont seuls entourés par leur famille ou vivant avec un membre de la famille.

Dans ce que je définis par ma première catégorie : Ceux qui vivent seuls ou en couple
Je m'aperçois que dans 90% des cas ils sont plus autonomes, malgré les petits ou grands bobos, ils continuent leur train, pensent à préparer le repas, faire les courses, s'occupent de leur papier. Nous sommes là plus pour des tâches ménagères ou des accompagnements aux courses, docteurs, radios..etc..parfois pour une aide administrative, pas plus.

dans la deuxième catégorie : Ceux qui sont seuls entourés par leur famille ou vivant avec un membre de la famille
Là je m'aperçois que l'autonomie disparait plus vite, petit à petit s’installe comme un transfère l'enfant devient le parent qui dit non, qui fait à la place.
Petit exemple : Mr X a perdu sa femme depuis environ 10 mois, il se déplace difficilement et a 8 ou 10 enfants.
Je m'occupe de lui depuis le mois de septembre.
Avec ses enfants il y a sur protection, on le suit dans ses déplacements, on lui donne à manger, on cède à tout.
Avec moi : il se déplace seul dans l'appartement, va seul au toilette, je l'encourage à se lever et s'assoir seul et j'ai instauré la prise de repas dans la cuisine, je l'aide dans la prise des repas.
Je sais qu'il y a des choses qu'il ne peut pas faire: la toilette, le rasage, je le surveille dans ses déplacements et n'interviens qu'en cas de risque, certes le repas est un peu long mais il mange seul et je sais que cela lui fait plaisir, parfois il refuse le déambulateur et me prend la main pour marcher, pour lui c'est une petite victoire.

le cas de Mr X n'est isolé je le retrouve dans 95% de ces cas. Comme si tout à coup la personne âgée devenait un bibelot précieux, un être qui n'a plus la conscient des risques qu'il prend et peux à peux devient un légume.

Dans ma pratique j'encourage toujours la personne à faire seule, je suis là pour le cas où, je force un peu pour qu'elle se lève, marche même si ce n'est que deux ou trois pas.
Je masse les articulations douloureuses, les pieds, les mains, parfois même les visages pour ceux qui souffrent de maux de tête, sans pour autant perdre de vue mes autres tâches.
Je me rends compte aussi qu'ils ont besoin dans une grande majorité du contact physique, dans certain cas quand je sens que la fin est proche je les rassure en les prenant dans mes bras, dans ces moments là je ressens leur lâché prise, moins d'angoisse et de peur aussi.

Il y a une chose dont je suis certaine c'est que j'aime mon métier même si certain soir je suis vidée de mon énergie, heureusement pour moi il y a mon doudou d'amour, mon A.P., mon petit prince et le théâtre pour me ressourcer.

Commentaires

1. Le jeudi 14 janvier 2016, 15:42 par Sacrip'Anne

Je t'envoie des bisous réconfortants, belle dame.

2. Le jeudi 14 janvier 2016, 18:07 par lilou

merci

3. Le lundi 25 janvier 2016, 09:34 par Zub

Coucou
Je te reconnais bien là.
Ce métier est vraiment fait pour toi. Il t'apporte beaucoup, mais fait quand même attention qu'il ne te bouffe pas.
Bonne année
Gros bisous

Bps

4. Le lundi 25 janvier 2016, 09:58 par lilou

coucou, oui il me bouffe mais c'est la vie.

Bonne et heureuse année à toi aussi, bisous

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.lilou-la-teigne.org/trackback/699