Je sais bien que ton absence est justifier, mais aujourd'hui il fait gris, tombe la pluie, pleurent mes yeux.
Six mois c'est pas bien long, 180 jours et ils n'en restent que 161, finalement l'échéance se rapproche.
Depuis 7 ans, je vais je viens, je lève la tête, je balaie, je te parle et toi tu es là.
La nuit j'entends ton "ronpichou" , tes bras qui me protègent de mes démons, le matin à 6h quand je me lève tu me dis encore 5 mn qui dure une heure.
Là rien le silence, juste gros chat coincé contre moi, je mange par obligation pour survivre, pourquoi faire de la cuisine, pourquoi mettre la table, un fruit , un bout de fromage les infos et hop au lit.
J'ai pas envie de demain je démarre la semaine avec la méchante et pourtant il le faut, pas moyen de faire autrement en étant positive je dirai plus que 5 interventions chez elle et puis basta.
Heureusement il y a pleins de gen's super.
putain tu me manques

Commentaires

1. Le lundi 20 avril 2015, 14:29 par Zub

Gros bisous

2. Le vendredi 24 avril 2015, 14:33 par Sacrip'Anne

T'sais quoi. Vous êtes... magnifiques.

C'est dur le manque, même en étant raisonnable, positif et optimiste. Vivement la fin du décompte.

3. Le vendredi 24 avril 2015, 16:27 par lilou

Oui c'est bien vraie, et puis il débarque ce soir et j'ai hâte de le voir ouvrir la porte, et de  réclamer les bisous d'hier et ceux de demain et après demain..etc..

J'ai pour lui le même amour que le premier jour où je l'ai rencontré il y a 20 ans...te dire....

Smacks

4. Le mercredi 29 avril 2015, 11:44 par berlioz

Que dois-je dire, ma belle étant partie hier à 1800 km et qu'il va me falloir attendre 9 longs mois avant de pouvoir la serrer à nouveau dans mes bras, sinon que je comprends tout à fait ton manque ?

5. Le mercredi 29 avril 2015, 16:16 par lilou

9 mois et 1800 kms la galère, je compatis des bisous

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.lilou-la-teigne.org/trackback/687