vendredi 30 novembre 2012

Mes coléres

Je pensais qu'avec l'âge, le sang bouillonnant qui gronde parfois en moi c'était calmé, que j'avais su le maitriser.
Pauvre folle que je suis.
Au cours de la semaine qui vient de s'écouler, je me suis rendue compte qu'elles étaient toujours là, tapies en moi ne demandant qu'à jaillir tel un volcan.

Moi qui en connait les ravages, je me suis retrouvée chamboulée, déstabilisée par cette vague de violence que je sentais monter en moi, mon refuge a été le silence.

De longs silences.

Je me suis enfermée sur moi-même pour éviter les flots de mots dévastateurs, ceux qui font mal, qui détruisent et vous détruisent par la même occasion.

Je me suis sentie comme une barque en pleine tempête, ballotée par les vents mauvais et finir disloquée contre la digue, simple amas de bois inutile même pour le feu.

Il y a trois jours, lors d'un énième voyage avec le coffre rempli des diverses lampes que je ne voulais absolument pas casser, j'ai cassé La Lampe en pâte de verre cadeau de ma tante.

J'ai craqué bêtement.

Je me suis mise à pleurer, de longs sanglots pendant plus d'une heure, seule comme cela fait bien longtemps que je ne l'avais été, perdue comme une petite fille au fond des bois.

Tout ces morceaux de verre autour de moi étaient bien tentant, en finir, une bonne fois pour toute.
Lâcher sur le sol ce sang mauvais, fermer les yeux enfin, oublier et entrée dans l'oublie, me perdre dans le néant.

Et puis le téléphone a sonné, la vie tient parfois à peu de chose.

samedi 17 novembre 2012

Je cartonne en shalimar

Pourquoi ce gêner, quand on doit faire un truc pénible, remplir des cartons n'est pas bien amusant autant le faire avec une odeur agréable dans les naseaux.

Les déménagements sont le meilleur moyen de jeter tout ce que l'on accumule au cours des années.

En une semaine, j'en suis à 4 sacs de fringues de 100 litre pleins + 1 sac de chaussures portés à des associations caritatives.
Ce matin c'était au tour du tri dans la bibliothèque mais j'ai pas pu jeter, donc en carton les livres, direction la cave de ma mère avec un certains nombre de choses qui ne rentreront pas dans le nouveau nid.

Ben oui on a trouvé un nid, pas trop loin de la mer et du boulot, un nid d'attente.

Comme nous passons de 120 mètres carrés à 40 sans cave ni garage, il faut bien trouvé des solutions.

J’écrème à tour de bras et il en reste encore et encore.

Entre le truc qu'il n'est pas question de donner ou jeter, le machin idem que je trimballe depuis la nuit des temps autant vous dire que les choix sont parfois douloureux.
Heureusement qu'il y a la cave de maman qui va se transformer sous peu en caverne d’Ali-baba.

Mes numéros de téléphone fixe et mobile restent les mêmes, ça au moins ne prend pas de place, c'est une bonne nouvelle.

Pour oublier les cartons ce soir on va fêter le beaujolais nouveau, mal de tête garanti pour demain.

Mais qu'importe je cartonnerai aussi.

mercredi 7 novembre 2012

Mariage pour tous

moi je ne sais pas tout....alors allez là, moi je l'aime ce blog, il est vrai

Par Raphael Isla le lundi 5 novembre 2012, 16:54 - Creative Commons BY-NC-SA - L'actualité - Lien permanent

Libertés individuelles!!!!

Désolé d’être un peu monomaniaque en ce moment, mais il me semble que c'est important. Vous n'avez peut-être pas remarqué, mais les média traditionnels diffusent beaucoup le message des personnes opposées au mariage pour tous. Nous avons besoin d'aide. Nous avons besoin d’être entendus. Nous avons besoin de soutiens.




Vous pouvez vous aussi agir.

  • Vous pouvez contacter votre député pour lui faire part de votre avis à ce sujet.
  • Vous pouvez contacter les média traditionnels, en proposant des lettre ouvertes à la presse écrite, par exemple.
  • Vous pouvez contacter le CSA au 01 40 58 38 00, demander le bureau qui gère les temps de parole TV et demander une intervention auprès des média pour que soit respectée l'égalité du temps de parole dans les débats sur l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe.
  • Vous pouvez aussi parler auprès de vos amis, de vos familles de vos connaissances pour leur faire prendre conscience de ce que nous vivons (la discrimination) et de ce que nous demandons (l’Égalité).
  • Vous pouvez signaler les dérives qui pourront arriver suite à cette discrimination (comme le "démariage" Valérie Pécresse préconise le démariage pour les couples homosexuels)

Vous pouvez surtout faire passer ce message et en parler autour de vous.




Et si vous avez besoin d'aide, d'arguments, de contre-arguments, si vous voulez des informations, vous pouvez lire les textes suivants et les diffuser.

SOS Homophobie - Mariage pour Tous et Toutes

Le Roncier - Avec ou contre nous Sacrip'Anne - Ca va bien, à la fin... Orpheus - Mêle-toi de tes fesses, je me charge des miennes Moi-meme - Comme ils disent Gami - Sondage pour tous Samantdi - Dans l'actualité

Et vous pouvez aussi me contacter pour en parler.




S'il vous plait, aidez nous. Aidez les concitoyens discriminés. Aidez la France à revenir dans son rôle de patrie des Droits de l'Homme. Aidez l'humanité à évoluer en passant au-delà de ces haines infondées.

dimanche 4 novembre 2012

Nos premières fois

1996 notre 1er rencontre, 150 personnes, grosse fête, je n'ai vu que lui, j'étais censée déposer une amie et continuer ma route. J'ai posé ma valise pendant trois jours et je ne le regrette pas.

2000, notre première séparation....désespoir sans nom je suis restée anéantie pendant de longs mois.

2001 nos retrouvailles, renaissance.

2008 après 12 ans de chacun chez soi, le hasard de la vie fait que nous partageons le même toit.

2012 notre premier nid à tout les deux, notre première voiture acheté en commun.

16 ans de partage, de rire, de voyage, de tristesse, de douceur, de tendresse.

Je croise les doigts pour avoir encore autant de temps avec lui, il m'a tant donné, il m'a tant apporté, je suis si bien entre ses bras lovée que je ne m'imagine pas un seul instant ailleurs que là.

C'est bien la première fois qu'un homme arrive à me retenir, c'est bien la première fois que j'ai envie de me laisser faire.

J'ai rangé pour lui mes griffes, mes épines et ma langue bifide.